Ayant de plus en plus de demandes de conseils sur le métier de comédienne voix off, je souhaitais faire un petit blog afin de donner quelques conseils importants avant de se lancer dans la voix off. Ne pouvant pas répondre à tous les mails, je me lance dans ce premier top.

1. Motivation

De toute évidence, comme pour les personnes qui se lancent dans youtube ou les motion designers, ou autre métier que l’on peut faire de chez soi, les voix off peuvent partager leur voix à partir de chez eux en ayant le matériel professionnel requis. Cependant, un bon matériel demande aussi un comédien voix professionnel face au micro. Il existe de nombreuses formations, pour ma part, je suis également coach voix off, et ce n’est pas moi qui vous permettra de devenir voix off. Je serai là pour conseiller, faire progresser en partageant les bases du métier (intonation, posture, expérience..). Je ne peux donc pas prédire que ce métier est fait pour tout le monde, c’est au cas par cas, mais tout se fera selon votre motivation et c’est bien cette dernière qui vous permettra de continuer à lire la suite de cet article !

2. Entraînement

C’est comme un sport, il faut de l’entraînement. On peut connaître toutes les techniques du monde, si le corps n’est pas entraîné il ne pourra pas effectuer ce que vous lui demandez. L’objectif étant d’avoir un texte face à vos yeux et que vous sachiez directement quelle intonation lui donner, cela vous viendra tout naturellement et c’est d’ailleurs ce qui vous permettra d’utiliser votre voix pleinement. L’entraînement est donc la deuxième chose très importante pour progresser, quel que soit le domaine j’ai envie de dire mais la voix reste un instrument de musique spécifique. Et oui… même les professionnels ont besoins d’entretenir leur voix.

3. Etre prêt aux critiques

Vous en êtes au début de votre carrière, et vous êtes désormais « comédien(ne) voix off ». C’est là que commence le début d’une aventure. Chaque studio ou client étant unique, vous allez recevoir des exigences différentes. Une critique peut-être positive, prenez note des retours que vous avez, cela ne vous fera que progresser ou au contraire, si vous recevez une remarque négative, ne restez pas sur vos acquis et prenez cela comme un moyen de faire mieux. Pour ma part, je propose souvent aux nouveaux clients, d’enregistrer quelques phrases (15 secondes de texte) pour qu’ils puissent avoir un aperçu de ce que donnerait ma voix sur le texte donné, un genre de casting. Cela permet au client de valider la voix. En tout cas, moi en tant que cliente, j’apprécierai avoir un “échantillon”, cela donne ce petit côté personnalisé et rassurant.

 

4. Ne pas se faire « griller »

Lorsqu’on débute, on a souvent un manque de confiance en soi. Mais sachez qu’à partir du moment où l’on vous a demandé votre voix pour un projet, c’est que votre voix a plu ! Il est très rare, si ce n’est dire impossible que quelqu’un vous contacte sans avoir écouter votre voix.. Donc réagissez en professionnel, proposez un tarif professionnel. Ne soyez pas trop dur envers vous, et rappelez vous du parcours que vous avez réalisé pour en arriver là, ce n’est pas pour proposer un tarif qui vous rabaissera. D’autant plus qu’il faut calculer un tarif en fonction des droits d’utilisation de la voix, de toute évidence, un spot local ne sera pas au même tarif qu’un spot national.

5. Rester à la page

Afin d’évoluer dans le métier, il vous faudra rester connecté sur ce qu’il vous entoure. Continuez de regarder des publicités autour de vous que ça soit à la télé, à la radio, au cinéma ou sur le net. Le but n’étant pas de devenir la voix de tel ou tel, mais vous auriez peut-être proposé une autre version que celle que vous avez entendu. Au départ, j’avais des difficultés à faire la voix d’attente téléphonique, aujourd’hui vous pouvez m’entendre sur toutes les attentes téléphoniques de Cofidis Belgique et CNFPT France. Pour cela, j’ai pris le temps d’écouter d’autres voix off. Un peu comme un enfant qui souhaite marcher, il doit regarder les autres faire et s’entraîner, même s’il tombe, il se relève jusqu’au jour où il peut marcher puis courir.

6. Développez plusieurs casquettes

Lorsqu’on est comédien voix off, on est également gérant dans le cas où vous êtes auto-entrepreneur, ou que vous avez une micro entreprise. Qui dit gérant dit facturation, site internet à développer, organisation de chef, gérer un budget, etc. Cela vous demandera sûrement d’autres formations que celle de comédien voix off. Il est certain que l’on en apprend beaucoup sur le tas, mais on est aussi nombreux à avoir été dans les mêmes galères, il ne faut pas hésiter à demander conseil auprès des autres comédiens (pour ma part, je me ferais un plaisir d’y répondre si je ne suis pas submergée de mails ;))

Bref, travailler en tant que voix ce n’est pas que des enregistrements et du montage mais on gère beaucoup d’autres choses, c’est le moment de mettre en avant nos connaissances en web marketing.

7. Bien choisir son matériel professionnel

Certains n’enregistreront qu’en studio externe, mais que ça soit pour le plaisir ou pour ceux qui souhaitent enregistrer en home studio, il va falloir s’équiper. Nombreux sont les comédiens à avoir débuter avec peu de moyens en utilisant des couvertures, des tapis, etc. Cependant, le micro, ce petit bijou qui rendra votre voix encore plus belle qu’elle ne l’est déjà est un achat primordiale. Oubliez les micro USB. En effet, il faudra investir dans un micro de qualité. Pour ma part, j’ai acheté la plupart de mes produits sur le site Thomman. D’une part parce-que l’on peut écouter les tests micros, mais aussi parce que les avis sont nombreux et très intéressants. En tout cas, je conseillerais un micro unidirectionnel pour de la voix off, et une bonne carte son. Ok, ça coûte un peu mais ce n’est rien comparé à certains petits restos qui doivent chaque mois payer 3000 € en travaillant 6 jours / 7 pour être sûr de payer le loyers, les charges et compagnie. Avoir un bon micro en économisant un peu, est largement possible !

8. Profitez de votre job

Je crois qu’il n y a rien à dire de plus.. 😉